Accueil Monde arabo-musulman Le « dernier sermon » du prophète : histoire d’un faux antiraciste

Le « dernier sermon » du prophète : histoire d’un faux antiraciste

0 Deuxième lecture
0
0
532

Le « dernier sermon du prophète » est une citation très souvent utilisée par beaucoup de personnes cherchant à démontrer le rejet catégorique du racisme en islam.

Le sophisme qui tend à faire croire qu’accepter toutes les couleurs dans son dogme est un signe d’ouverture est surfait : l’ouverture et la tolérance, c’est justement d’accepter l’altérité sans rien exiger d’elle et traiter l’Autre de la même manière que l’on traite les siens. Toute approche consistant à regarder ses propres valeurs socio-culturelles comme étant supérieures aux autres, à ne pas considérer tous les humains comme égaux en dignité et en droit sans la moindre condition et à ne porter aucune considération aux Autres sauf en cas de soumission, n’est autre que de l’ethnocentrisme. Pas de l’antiracisme.

Mais il semble que ces notions élémentaires de bon sens échappent à beaucoup de ces prosélytes qui s’empressent d’affirmer que ne pas faire de discrimination ethnique dans l’entre-soi musulman (ce qui dans l’absolu est totalement faux) relève du refus du racisme, même lorsque ses propres valeurs décrètent avec condescendance son mépris des autres croyances. Pour faire un parallèle : cela reviendrait à dire que le RN ne peut être raciste puisque tant que vous êtes patriotes, pour la France et les Français d’abord, vous y êtes les bienvenus. Et quid de son regard sur les Autres ?

Voici ci-dessous un passage du « dernier sermon » qui est le plus cités de tous. On y décrète l’unicité de l’humain (le monogénisme n’est pas une originalité de l’islam mais vient du judaïsme puis repris par le christianisme) et l’égalité entre les Blancs et les Noirs.

Une simple recherche de la citation pour découvrir sa source est un casse-tête. Les sources sont multiples mais aucune ne semble correcte. La citation semble inventée, voire faite de briques et de brocs  dans le but d’attirer les Noirs vers l’islam sur la base d’un message antiraciste.

Ce site propose des sources qui sont exactement les mêmes reprises partout. On y affirme que le sermon est cité par Bukhari, Mouslim, le Musnad et al-Tirmidhi. Vérifions toutes ces sources.

Le hadith Bukhari 1623 ne cite aucun passage de ce sermon.


Source : les hadiths d’Al-Bukhari, page 414, traduit par Harkat Ahmed, Vol. II, Beyrouth


Le hadith 1626 ne cite aucun passage de ce sermon.


Source : les hadiths d’Al-Bukhari, page 416, traduit par Harkat Ahmed, Vol. II, Beyrouth


Pour le hadith 6361 de Bukhari, je n’ai que les 3 premiers tomes. Je suis donc allé chercher cet hadith sur islamicfinder



Constat : il n’y a absolument aucun rapport entre cet hadith et le sermon.

Les trois sources du sahih de Bukhari sont donc fausses.


Allons voir al Tirmidhi, hadith 1628.


Source : Jami at Tirmidhi, vol. III, page 385

Là encore, absolument aucun rapport. Cet hadith sahih (donc authentique) parle de guerre pour la cause d’Allah.


Hadith 2046 : il concerne le chapitre de la médecine. Toujours aucun rapport avec le contenu antiraciste du « dernier sermon ».


Source : Jami at Tirmidhi, vol. IV, page 126


Pour le hadith 2085, rebelote. Nous sommes toujours dans le chapitre de la médecine. Et toujours aucun rapport.

Source : Jami at Tirmidhi, vol. IV, page 153


La source du Musnad de l’imam Ahmad est présentée comme la plus complète. Impossible de trouver une version en français du hadith 19974. En revanche le site carihadis  propose une version arabe puis la traduction malaisienne.  Un coup de traducteur  et l’on comprend tout de suite qu’il n’est pas question du dernier sermon.


Concernant l’imam Mouslim, le hadith 98 du sahih vol.1 est aussi cité comme source. J’ai repris les hadiths un à un du premier jusqu’au 98ème car la numérotation est assez confuse. Et le 98ème hadith évoque le cas d’une esclave qui a un enfant de son maitre.

Conclusion : toutes les sources citées ici sont fausses. Mais comment est-ce possible ? Après moult recherches, quelque chose se profile enfin.

C’est un islamiste pakistanais Siyed FH Faizi dans « Sermons of the Prophet » édité pour la première fois en 1987 qui serait à l’origine de la création de ce mythe. Il mélange plusieurs sources de hadiths qu’il trouve dans des livres. Des hadiths purement fabriqués, d’autres sont non-vérifiés et considérés comme apocryphes par les oulémas mais il construit le dernier serment de tout ce qu’il trouve en hadiths positifs puis construit son discours comme un Lego. Aucune source n’est citée puisque lui-même est incapable de les remonter. Il prend ce qui l’arrange dans les témoignages anciens, sans tenir compte de la chaine de transmission. Il le reconnaitra lui-même dans son livre, lord de l’édition de 1991 et demandera l’aide de ses lecteurs afin de corriger ses erreurs.

« This book is a collection of some of the selected sermons of the Holy Prophet which include long as well short ones as the situation demanded. They were not available in the form of Khutbas but have been derived from various books of Ahadith and history. It is only recently that some of these have appeared in book-forms along with original texts and translation in Urdu; but the authenticity of the texts thereof is still doubted by ulema. On English language, they are hardly available. So an attempt has been made not only to have them translated in English but also to find out circumstances under which they were delivered so that their delivery date could be ascertained and an elucidation made thereof. How far I have succeeded in my undertaking rests to be adjudged by the readers. Any suggestion or comment shall, however be welcomed to improve upon it. »

SFH Faizi dans « Sermons of the Prophet » , édition 1991, page 145

 C’est ce qui explique que les références du « dernier sermon » soient multiples : y voyant l’opportunité de mettre en avant un discours final abouti, antiraciste, humaniste, exigeant le respect des femmes etc. chaque spécialiste de la question y a trouvé une réminiscence, une ressemblance  vague et lointaine avec tel hadith qu’il citera pour donner l’illusion d’une source. non pas parce que le sermon en lui-même est un extrait de ce passage, mais uniquement pour y trouver des corrélations plus ou moins floues et profiter du contenu positif.

Après avoir cherché sur internet pendant des heures, je suis tombé sur une source du Musnad d’Ahmad, hadith 22391 qui cite la phrase : « (…)Il n’y a pas de supériorité d’un rouge sur un noir, ni d’un noir sur un rouge si ce n’est par la piété (…) »

Étrangement, la seule source disponible est donc un hadith du Musnad d’Ahmad avec une source qui est Hadith – 22391, qui n’est pas considérée sahih (authentique). Le jurisconsulte arabe Abu’l-Faraj ibn al-Jawzi dénonça plusieurs hadith de l’imam Ahmad, assurant qu’il compilait des récits totalement faux et fabriquées, ce qui expliquait qu’il se contredisait parfois sur le nombre de sources. C’est la raison pour laquelle, on ne retrouve cet hadith ni chez Bukhari ni chez Muslim, les deux sources de récits les plus sures.

             al-Albani

Mais dans ce cas, pourquoi les musulmans si pointilleux sur l’authenticité des hadiths s’amourachent-ils pour un hadith non-sûr ? Tout simplement parce que cet hadith a été récemment authentifié. Par qui ? Par Muhammad Nasir-ud-Din al-Albani, un théologien albanais mort…en octobre 1999, dans Silsila Sahiha – Page 0449 » Hadith n°2700. Al-Albani fait souvent grincer des dents les oulémas car il n’a aucune compétence pour authentifier des hadiths. Mais tout part de lui.

Sa caution étant pour le moins peu glorieuse, il a donc fallu trouver mieux : on cite Bukhari, Muslim mais en réalité le sermon est tellement long qu’il y a à boire et à manger pour tout le monde.

En cherchant bien chez Bukhari, on trouvera un sermon dans le hadith 1739. Mais le passage sur l’unicité du genre humain et celui des Blancs qui ne sont pas supérieurs aux Noirs n’y figurent pas.

Conclusion : Le passage antiraciste affirmant l’égalité du noir et du blanc est sans aucun doute un faux fabriqué pour donner une image ouverte de l’islam. En tout cas, il n’est pas considéré comme authentique et ne doit sa viralité sur les réseaux que parce qu’il permet à certains d’oublier la réalité du comportement raciste des musulmans qui ont traité pendant plusieurs siècles (cliquer en haut sur l’onglet « monde arabo-musulman pour comprendre de quoi il est question) les négro-Africains comme des animaux.

Kahm Piankhy avril 2020

Laisser un commentaire