Accueil Monde arabo-musulman Ahmed Bachir Bola : les Noirs arabisés du Nord-Soudan

Ahmed Bachir Bola : les Noirs arabisés du Nord-Soudan

0 Deuxième lecture
0
0
457

Il  faut  tenir  compte  de  l’extrême  complexité  de  la  situation  afin  d’analyser,  juger  et  agir  avec  rigueur  et  justice.  Il  faut  surtout  rompre  avec  certaines  représentations  « occidentales  »  (ou  autres)  du  Soudan  par  trop  simplistes.  La  plus  déroutante  de  ces  représentations  est  celle  qui  répartit  les  habitants  du  Soudan  en  deux  catégories  distinctes  :  les  Arabes  du  Nord  et  les  Africains  du  Sud.  C’est  ainsi  que  Le  Petit  Larousse  (1995)  affirme  à  l’entrée  Soudan  :  «  Le  pays,  le  plus  vaste  d’Afrique,  compte  plus  de  500  ethnies  partagées  entre  des  populations  blanches,  islamisées  et  arabophones,  dans  le  Nord,  et  des  populations  noires,  animistes  ou  chrétiennes,  sans  unité  linguistique,  dans  le  Sud,  diversité  qui  explique  de  graves  tensions  internes  ». 

Le Nord-Soudanais Omar el Béchir, membres de la tribu des Ja’alayin, des Nubiens anciennement arabisés se revendiquant aujourd’hui exclusivement arabes

Même  certaines  sources  plus  spécialisées  ne  se  préoccupent  guère  mieux  d’une  description  rigoureuse  de  la  composition  ethnique  particulièrement  compliquée  des  populations  soudanaises.  Contentons-nous  d’affirmer  (mais  en  est-il  vraiment  besoin  ?)  que  les  populations  soudanaises  dans  leur  écrasante  majorité,  y  compris  celles  que  l’on  appelle  «  Arabes  »,  sont  noires.  Et  ces  populations  «  arabes  »  sont  tout  autant  africaines  que  les populations  du  Sud.  Simplement,  la  noirceur  de  la  peau  varie  dans  le  Nord  en  fonction  du  degré  de  métissage  subit  par  les  régions.  Les  caractéristiques  corporelles  (couleur  de  la  peau  et  traits  faciaux)  qui  dominent  dans  le  Nord  sont  de «  type  éthiopique  »,  type  répandu  dans  toute  la  Corne  de  l’Afrique  (dit  de  l’homme  d’Oldway  selon  les  spécialistes  d’anthropologie  physique).  Mais  la  couleur  de  peau  proprement  noire  et  les  traits  négroïdes  n’y  sont  pas  rares.  On  peut  les  rencontrer  dans  toutes  les  familles.  Les  caractéristiques  physiques  peuvent  y  différer  considérablement  même  entre  frères  et  sœurs.  À  l’inverse,  dans  le  Sud,  des  populations  à  teint  relativement  clair  existent.  Ainsi,  chez  les  Azande  de  la  province  de  l’Equatoria  la  couleur  de  la  peau  peut  aller  du  brun foncé  jusqu’au  jaune.  Il  est  parfois  absolument  difficile  de  distinguer  entre  un(e)  Azandé(e)  —  je  dirais  même  un(e)  Dinka  —  et  un(e)  nordiste  dits  «  fils  ou  fille  d’Arabes  »,  surtout  dans  la  zone  frontalière  entre  les  Dinka  et  leurs  voisins  Baggara.  On  peut  suggérer  encore  plus  cette  intrication  en  constatant  que  la  majorité  des  Soudanais  du  Nord  sont  historiquement,  géographiquement  et  ethniquement  parlant  des  métis  arabo-africains.  On  sait  que  le  Nord-soudanais,  berceau  des civilisations  de  la  Nubie,  a  connu,  comme  l’admettent  tous  les  historiens  de  l’Antiquité,  des  vagues  successives  d’immigrations  venant  du  Nord  (Egypte,  Mésopotamie, Arabie,  et  même  pour  certaines  de  l’Inde)  et  du  Sud  (région  des  Grands  Lacs,  par  exemple).  Les  spécialistes  s’accordent  pour  affirmer  que  la  Nubie  antique,  tout  en  restant  profondément  négro-africaine,  a  toujours  su  absorber  les  immigrants,  ethniquement  et  culturellement.

La  «  dernière  » de  ces  vagues  d’immigrations  massives  est  celle  des  Arabes.  La  plupart  d’entre  eux  ont  épousé  des  femmes  du  cru  afin  de  bénéficier  du  système  d’héritage  matrilinéaire  en  vigueur  chez  les  autochtones  et  s’emparer  du  pouvoir  qui  fonctionnait  selon  ce  système.  Ils  jetaient  ainsi  les  bases socio-politiques  d’une  arabisation  culturelle  massive  des  populations  du  Nord.  Ce  n’est  pas  ici  le  lieu  d’entrer  dans  les  arcanes  compliqués  de  l’arabisation  ou  de  l’arabité  du  Nord-Soudan.  Remarquons  seulement  que  la majorité  écrasante  de  ceux  que  l’on  nomme  les  «  Arabes  du  Nord-soudanais  »  sont  en  effet  le  résultat  d’un  métissage  complexe.  À  une  période  historique  très  difficile  à  repérer,  ces  métis  ont  commencé  à  nier  leur  part  africaine  (ou  toute autre part)  en établissant  des  arbres  généalogiques  «  purement  arabes  » (souvent  même  avec  pour  ancêtre  un  compagnon  du  Prophète).  Ils  se  sont  interdits  d’épouser  des  négroïdes  qu’ils  réduisaient  désormais  en  esclavage.  Les  Arabes  «  purs  »  sont  restés  largement  à  l’écart  au  sein  des  déserts  d’al-Boutana,  de  Kassala,  du  Kordofan  et  du  Darfour.  Ceux-là  ne sont  pas  non  plus  très  respectés  des  métis  arabo-africains  du  Centre-Nord  qui  les  traitent  de «  Bédouins  bruts  non  civilisés  ».

À  l’inverse ces derniers  se  voient  comme  les  «  vrais  Arabes  »  et  ne  reconnaissent  pas  tout  à  fait  l’arabité  des  métis  et  des  arabisés.  Ainsi,  pour  les  Kawahla,  les  Dja’aliyn   seraient  des  Nouba  (Nubiens).  Il  convient  de  signaler  que  dans  le  classement  des  huriyn  (gens  libres),  qui  fonctionne  selon  le  degré  de  sang arabe,  ou  l’absence  de  racines  négroïdes,  les  Baggara  occupent  le  bas  de  l’échelle.  Jusqu’à  une  date  récente,  peut  être  même  jusqu’à  aujourd’hui  encore,  les  Arabes  et  les  arabisés  du  «  Nord  propre  »  ne  se  mariaient  pas  avec eux.  La  poésie  populaire  des  Dja’aliyn  abonde  en  témoignages  où  l’on  traite  les  Baggara  comme  des  esclaves,  surtout  à  l’époque  de  Mahdiyya.  Les  Baggara  étaient  les  partisans  les  plus  nombreux  du  Mahdi  et  les  parents  de son  calife  Abdullhi  al-Ta’ayshi  dont  les  soldats  (Baggara)  avaient  saccagé  la  région  de  Shandi  (capitale  des  Dja’aliyn).  C’est  là  l’une  de  ces  absurdités  dont  se  compose  la  trame  des  idéologies  racistes  aux  fondements  esclavagistes  au  Soudan.  Certes, les  Baggara  n’ont  pas  été  soumis  à  l’esclavage.  Les  raisons  en  tiennent  peut-être  à  leur  islamisation  et  aux  traces  de sang arabe  qui  coulent  dans  leurs  veines.  Mais  c’est  certainement  tout  autant  grâce  à  leur  bonne  organisation  sociale,  et  surtout  militaire.

De  fait,  tout  en  regardant  leurs  voisins  négroïdes  (Nilotes,  Nuba,  Fur,  etc.)  comme  inférieurs,  les  Baggara  ont  eux-mêmes  été  victimes  de  l’infério-  risation  que  projettent  sur  eux  les  Arabes  et  les  non  négroïdes  du  «  Nord  propre  ».  Ils  partagent  avec  leurs  voisins  négroïdes,  de  l’Ouest  et  du  Sud  du  Soudan,  une sorte  de  rancœur  vis-à-vis  des  Djallaba  du  « Nord  propre  »  et  des  Arabes  nomades  qui  vivent  parmi  eux.  C’est  ainsi  qu’il  existe  aujourd’hui  une  espèce  de  protestation  commune  et  de  solidarité  médite entre  les  populations  de  l’Ouest  du  Soudan  (Abdel  Madjid  1998),  dont  les  Baggara.  Objectivement  les  Baggara  ont tout  intérêt  à  se  solidariser  avec  les  Dinka  sur  le  plan  des  revendications  de  l’égalité  citoyenne  et  pas  seulement  pour  des  intérêts  économiques  (pâturages,  développement,  etc.).  On  voit  que  les  conflits  entre  le  Nord  et  le  Sud  du  Soudan  ne  sont  pas  réductibles,  schématiquement,  à  un  conflit  entre  «  Arabes  du  Nord  et  Africains  noirs  du  Sud  ».

Ahmed Bachir Bola, intellectuel soudanais

Laisser un commentaire