Accueil Monde arabo-musulman Ahmed Bachir Bola : L’esclavage au Soudan, mythes ou réalités ?

Ahmed Bachir Bola : L’esclavage au Soudan, mythes ou réalités ?

0 Deuxième lecture
0
0
297

ALLÉGATIONS  CONCERNANT  L’ESCLAVAGE  SOUS  LE  RÉGIME  ACTUEL  :  LA  PART  DE  LA  VÉRITÉ 

« Aux États Unis, cela devint manifeste après la visite de Louis Farrakhan, dirigeant de la Nation of Islam, au Soudan où il dénonça les allégations sur l’esclavage. Les nombreux critiques américains de Farrakhan voulaient montrer la fausseté de ses thèses pour endiguer les sympathies dont il jouissait parmi les Afro-Américains. Ils utilisèrent donc l’accusation d’esclavagisme. Louis Farrakhan dénonça avec fureur ses opposants, en affirmant qu’ils étaient les véritables esclaves. L’esclavage devint ainsi le thème d’une guerre par procuration entre adversaires politiques aux États Unis. »

Quant  aux  allégations  actuelles  d’esclavagisme  pratiqué  par  les  Baggara  à  rencontre  des  Dinka,  on  ne  saurait  les  nier.  Les  preuves  et  les  témoignages  en sont  multiples.  Les  témoignages  les  plus  récents  ont  été  recueillis  par  deux  membres  de  la  section  de  l’Organisation  des  droits  de  l’homme  au  Caire,  le  Dr.  Hamoda  Fath  al-  Rahman  (secrétaire  général)  et  M.  Abdon  Agaw  (vice-président).  Ils  se  sont rendus  sur  les  lieux,  et  ont  réalisé  une  documentation  filmée  et  sonore.  Les  deux enquêteurs  ont  rédigé  un  rapport  résumant  ainsi  les  faits  :

—  L’esclavage  devient  un  phénomène  de  plus  en  plus  inquiétant  d’autant  plus  que  sa  pratique  s’élargit  considérablement  sous  le  régime actuel.  Certaines  autorités  y  sont  directement  impliquées,  à  la  fois  sur  le  plan  organisationnel  et  sur  celui  de  la  surveillance.  Les  autorités  ont  recruté  un  grand  nombre  de  Misseiriya  et  de  Rizeigat  comme  partie  intégrante  des  Forces  de  défense  populaire  (FDP)  qui,  cette  fois,  sont  effectivement  les  milices  du  parti  islamiste  au  pouvoir.  Chaque  recrue  est  équipée  d’un  cheval,  d’une  arme  automatique  et  reçoit  50  000  livres  soudanaises,  pour attaquer  les  villages  qui  sont  soupçonnés  par  les  autorités  d’être  des  partisans  du  MLPS/ALPS.  Les  assaillants  sont  autorisés  à  conserver  toutes  les  personnes  capturées,  outre  le  bétail  et  d’autres  biens,  comme  butin  du  djihad  mené  par  le  régime.

— Les  autorités  localisent  les  villages  et  les  zones  rurales  qui  doivent  servir  de  cibles  aux  raids  afin  de  priver  le  MLPS/ALPS  du  soutien  de  la  population,  ceci  afin  de  terroriser  les  habitants  et  les  obliger  à  quitter  leur  terre  en  brûlant  leurs  habitations  et  en  incendiant  leurs récoltes.

— Le  corps  armé  des  al-Marahil  englobe  les  recrues  en  question,  d’autres  membres  du  FDP,  et  des  membres  des  Forces  armées  soudanaises.  Les  citoyens  réduits  en  esclavage,  ainsi  que  leur  bétail  et  d’autres  biens,  qu’ils  soient  capturés  par  les  trois  partenaires  réunis  ou  bien  par  l’un  ou  l’autre  isolément,  sont  ensuite  dirigés  vers  d’autres  lieux avec  le  consentement  des  autorités  soudanaises  (Hamoda  &  Agaw  1999).

En  ce  qui  concerne  l’implication  des  autorités  dans  les  affaires  d’esclavage,  la  section  du  Caire  de  l’OSDH  est  d’un  avis  nettement  afïïrmatif.  Remarquons  que  Hamoda  et  Agaw  utilisent  dans  leur  rapport  l’expression  «  autorités  soudanaises  »  et  non  le  «  gouvernement  »  contrairement  au  CSI  et  à  Frontline  qui  emploient  ce  dernier  terme.  L’expression  les  «  autorités  soudanaises  »  nous  semble  mieux  appropriée  que  celle  de  «  gouvernement  soudanais  »,  car  les  islamistes  au  pouvoir  sont  trop  prudents  et  trop  retors  sur  la  question  de  l’esclavage  pour impliquer  directement  leur  gouvernement.  En  fait,  les  «  grandes  » décisions  tactiques  et  stratégiques  ne sont  pas  entre  les  mains  du  gouvernement  mais  dans  celles  du  parti,  le  Front  national  islamique  —  il  se  présente  aujourd’hui  sous  les  traits  du  Parti  du  congrès  national  —  ,  qui  a  mis  en  place  de  multiples  et  complexes  réseaux  pour  exécuter  ses  différentes  opérations  tactiques  et  stratégiques.

[…]

Babo Nimir, émir de la tribu baggara des Misseiriya

Après  le  soulèvement  populaire  qui  renversa  le  général  Nimeiry,  c’est  essentiellement  le  Front  national  islamique,  créé  par  Hassan  al-Tourabi,  qui  s’opposa  sur  le  plan  politique  à  tout  projet  de  solution  pacifique  du  problème  Nord-Sud  et  à  toute  réforme  des  institutions.  Surtout,  le  Front  national  islamique  refusa  l’annulation  des  sinistres  lois  de  la  shari’a  connues  au  Soudan  sous  le  nom  de  «  lois  de  septembre  ».  Les  tourabistes  qui  brandissaient  le  slogan  du  djihad  créèrent,  fin  1985,  un  corps  d’intervention  violent  appelé  Aman  ai-Soudan  («  Sécurité  du  Soudan  »)  afin  d’intimider  les  forces  laïques  et  démocratiques  qui  proposaient  alors  une  solution  négociée  du  problème  Nord-Sud  par  la  tenue  d’un Congrès  constitutionnel.  Les  Sudistes,  soutenus  par  les  démocrates,  et  les  islamistes  s’affrontaient  dans  les  rues  de  la  capitale.  Les  appels  à  la  «  guerre  sainte  »  des  intégristes  retentissaient  dans  tout  le  pays grâce  à  l’énorme  appareil  de  propagande  du  Front  national  islamique,  y  compris  au  sein de  l’armée.

C’est  dans  ce contexte  que  les  corps  armés  tribaux,  appelés  désormais  Forces  ďal-Marahil,  ont  été  renforcés  et  associés  à  l’effort  de  guerre  contre  l’ALPS,  et  par  Nimeiry  et  par  al-Sadiq  al-Mahdi.  Ce  dernier,  alors  pressé  par  les  surenchères  de  ses  alliés  tourabistes,  qui  menaçaient  sérieusement  sa  position  de  leader  islamiste,  à  la  fois  sur  le  plan  national  et  international,  se  positionnait  en  dirigeant  islamiste  intransigeant.  C’est  ainsi  qu’il  se  targuait  d’avoir  consacré,  en  1986,  une  partie  importante  du  budget  à  l’effort  de guerre  (400  millions  dollars).  C’est  lui  qui  choisissait,  à  la  suite  de son  élection  comme  premier  ministre,  le  général  Bourma  Nasser,  déjà  impliqué  dans  l’affaire  de  l’armement  des  «  milices  »  Misseiriya,  comme  ministre  de  la Défense.  Nous  avons  là  une  autre  raison,  complémentaire,  au  fait  que  les  Baggara  (Misseiriya  et  Rizeigat)  se  croyaient  d’une  certaine  manière  autorisés  par  le  pouvoir  central  à  attaquer  les  Dinka.

 Rien  d’étonnant  dès  lors  à  ce  que  dans  une  telle  atmosphère,  des  Rizeigat,  majoritairement  jeunes,  trouvent  dans  la  mise  en  esclavage  de  Dinka  un moyen  de  se  procurer  une  main-d’œuvre  gratuite,  et  de  se  faire  «  un  peu  d’argent  »  en  les  vendant.

 Les  processus  de  capture  sont  ceux de  l’esclavage  arabo-soudanais  traditionnel  :  la  razzia,  le  voyage  en  cortège,  les  cordes  pour  attacher  les  captifs,  l’incarcération  dans  des  zariba  (clôtures  d’épineux  en  pleine  nature)  et  les  mauvais  traitements.  Ces  derniers  sont  exceptionnellement  pénibles.  Ils  ont  été  largement  relatés  par  différents  auteurs,  mais  les  plus  significatifs  sont  ceux  rapportés  par  nos  collègues  Hamoda  Fath  al-Rahman  et  Abdon  Agaw(1999):

  • « Les  personnes  capturées  sont  astreintes  à  une  marche  à  pieds  de  six  à  neuf  jours  jusqu’à  al-Mudjlad  et  à  al-Maryam.  Durant  ce  voyage,  bon  nombre  d’hommes,  les  mains  et  les  pieds  entravés,
    sont frappés à mort.

 

  •  Plusieurs  jeunes  gens  sont  gardés  pour  la  conscription  et  les  femmes  sont  continuellement  violées  par  les  gardes  et  par  les  hommes  responsables  de  leur  voyage.

 

  • Les enfants  sont  contraints  de  faire  paître  les  troupeaux,  d’accomplir  des  tâches  domestiques  pénibles,  et  de  s’occuper  des  bébés.  Les  captifs  ne  sont  pas  autorisés  à  dormir  dans  les  mêmes  locaux  que  la  famille  du  maître,  mais  à  l’étable  ou au  grenier.

 

  • Les citoyens  réduits  en  esclavage  peuvent  être  vendus  à  de  nouveaux  maîtres,  qui  utilisent  les  femmes  aux  travaux  des  champs,  pour  la  garde  des  troupeaux,  pour  puiser  l’eau  (à  des  puits  souvent  très  éloignés  du  village),  pour  moudre  le  grain  (avec  une  meule  en  pierre),  ,  sans  salaire  évidemment.  Elles  sont  obligées  de  rendre  des  services  sexuels  à  la  demande  des  maîtres.  Le  statut  des  femmes  esclaves  ne  change  pas,  même  lorsqu’elles  donnent  naissance  à  des  enfants  conçus  par  le  maître.  Ces  enfants  ne  sont  jamais  traités  comme  ceux  de  l’épouse  du  maître.  Les  femmes  esclaves  et  leurs  enfants  reçoivent  des  noms  arabes. 

 

  • Certaines femmes  esclaves  subissent  la  circoncision  afin  d’être  rendues  «  propres  »,  ou  pour  les  préparer  à  devenir  des  concubines  si  l’épouse  du  maître  l’accepte  […]  ».

Hamoda  affirme  que  certains  captifs  sont  revendus  à  de  nouveaux  maîtres  dans  d’autres  villes  du  Soudan  :  «  même  à  Khartoum,  la  capitale  ».  Quelques  cas  ont  été  dénoncés  par  al-Midane  13  (mars-avril  1999  :  2).  Dans  un  rapport  publié  par  Sudan  Update  et  Anti-Slavary  International,  Peter  Verney  (1997  :  17)  cite  différents  cas  de  vente  de  femmes  et  d’enfants  Dinka  :  «  Au  milieu  de  l’an  1994  la  cour  de  la  ville  d’al-Obeid  (capitale  du  Kordo-  fan),  a  entendu  la plainte  de  deux  leaders  dinka  au  sujet  d’enfants  kidnappés  lors  d’un  raid  contre  le  village  de  Mabior,  à  côté  d’Aweil,  en  janvier  1987.  Ces  enfants  avaient  été  transportés  via  Adila  à al-Obeid,  cependant  seuls  trente  d’entre  eux,  dont  le  nombre  était  de  486,  arrivèrent  à  la  capitale  régionale.  Les  autres  auraient  été  vendus  dans  d’autres  villages,  ou  bien  ils  se  seraient  enfuis  ou  seraient  morts.

Un  leader  dinka  a  ainsi  découvert  un  jeune  kidnappé,  le  fils  de  sa  tante,  dans  la  banlieue  d’al-Obeid.  Il  a  appris  que  la  sœur  du  garçon  avait  été  vendue  dans  les  environs  de Bara,  et  deux  autres  enfants  à  Um  Krédem  et  à  Um  Rawaba.

La  personne  accusée  des  ventes  était  un  lieutenant-colonel  des  Forces  de  défense  populaire.  Après  trois  cessions  de  la  cour  les  enfants  ont  été  rendus  à  leurs  parents  le  18  août  (1994).  On  pourrait  multiplier  les  exemples.  »

Ahmed Bachir Bola, intellectuel soudanais

Laisser un commentaire