Accueil Actualités Comment le wax fait croire qu’il est africain et étouffe les vrais tissus du continent

Comment le wax fait croire qu’il est africain et étouffe les vrais tissus du continent

0 Deuxième lecture
0
0
574

L’imprimé sous cire, majoritairement produit aux Pays-Bas, domine le marché du textile du continent. Au détriment des tissus traditionnels « made in Africa ».

Son empire n’a pas de frontières, son emprise pas de limites. De l’étroit couloir du marché des tissus de Kinshasa aux grands marchés de Dantokpa à Cotonou ou d’Adawlato à Lomé, des échoppes de Château Rouge à Paris aux défilés inspirés par le continent à Paris, Milan ou New York, un parrain tout puissant domine la mode africaine : le wax.

Importé par les marchands néerlandais au 19e siècle, l’imprimé sous cire d’origine javanaise a si bien conquis le continent qu’il en a même colonisé les esprits, devenant un symbole revendiqué de l’Afrique, et une part imposée de son identité. Mais sur le continent, dont le développement économique est conditionné à une industrialisation, rares sont les unités de production de wax « made in Africa ». Pas une n’a été créée par la société de textile Vlisco, le véritable « père du wax ». Ses 70 millions de yards de tissus (environ 64 millions de mètres) sont chaque année produits aux Pays-Bas, et écoulés à 90 % en Afrique, pour presque 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014. Une institution difficile à critiquer et dont les propositions sont impossibles à refuser.

La suite

  • L’Aso-oke, tissus noble au Nigéria

Laisser un commentaire