Accueil Histoire Quand des bébés noirs étaient enterrés vivants durant l’esclavage

Quand des bébés noirs étaient enterrés vivants durant l’esclavage

0 Deuxième lecture
0
0
421

« Angélique:  » J’ai fait un malheur!  »  » Quel malheur?  » répond Marc. Angélique : « J’ai fait un nègre et j’en ai honte. Le monde dira que j’ai affaire avec un Blanc et j’ai fait un nègre.  » Angélique engage Marc à aller enterrer le nouveau-né. Marc lui dit:  » Cet enfant n’est pas mort!  » Nous sommes en 1797, à Marie-Galante, peu de temps après la proclamation de la première abolition de l’esclavage (4 février 1794). La citoyenne noire Angélique est la concubine du citoyen blanc Garnier, mais elle a eu une aventure avec un Noir. Elle accouche d’un enfant noir et non mulâtre comme on l’attend d’une femme qui vit avec un Blanc. Craignant les reproches de Garnier, Angélique a demandé à Marc d’assassiner son enfant. Marc exécute le crime dans des conditions atroces en l’enterrant vivant. Angélique ne veut pas que le citoyen blanc qui l’entretient découvre ses turpitudes avec un Noir. Le fait d’être concubine d’un Blanc lui assure une promotion sociale et un meilleur confort matériel. En effet, malgré l’abolition de l’esclavage le métissage reste un atout, comme avant la Révolution, quand il permettait à beaucoup d’enfants d’esclaves d’accéder à la liberté. Cette affaire illustre la complexité des rapports entre Noirs et Blancs dans la Guadeloupe de la fin du XVIIIe siècle. Ce livre, fondé sur des sources inexploitées, ouvre une perspective inédite sur le mécanisme de l’esclavage et le fonctionnement de la société coloniale. Il met en lumière, pour la première fois, la catégorie des libres de couleur, ces descendants d’esclaves, eux-mêmes propriétaires d’esclaves, qui jouent un rôle clé dans la société esclavagiste comme pendant la Révolution. C’est donc un monde complexe qui est touché par la vague révolutionnaire venue de France. L’esclavage, d’abord aboli en 1794, est rétabli en 1802 -fait unique dans l’histoire. Esclavage, métissage, liberté raconte cet incroyable aller-retour et renouvelle profondément la problématique de la Révolution et des révoltes dans les colonies françaises des Amériques. »

Laisser un commentaire

Voir aussi

Brésil : le gigantesque musée-cimetière d’esclaves de Rio contraint de fermer ses portes

50 000 cadavres d’esclaves. C’est le nombre estimé de dépouilles enterrées sous l’habitati…