Accueil Monde afro Elijah Muhammad et l’Afrique sauvage

Elijah Muhammad et l’Afrique sauvage

0 Deuxième lecture
0
1
522

« Depuis près de quarante ans, je prêche à l’homme noir d’Amérique de s’accepter lui-même, et au lieu de s’identifier à la face noble de son être, l’homme noir court à la quête de l’Afrique traditionnelle et du style de vie propre à la jungle comme cela existe dans certaines régions sauvages et non-civilisées d’Afrique de nos jours. Ils refusent d’utiliser ciseaux et rasoirs afin de garder une image digne d’eux-mêmes comme devrait l’être tout peuple civilisé. L’homme noir d’Amérique s’en remet à la vie de la jungle en pensant obtenir de cette manière l’amour de l’Afrique noire. Les frères et les sœurs noirs qui portent des robes et des coiffures de sauvages n’auront jamais l’amour de l’Afrique. En Afrique, les peuples dignes sont soit des musulmans, soit des chrétiens éduqués. Mais aujourd’hui, l’Afrique ne veut plus du christianisme. Ne croyez pas un seul instant que vous aurez un toit en Afrique après cette guerre si vous êtes chrétiens. Pour obtenir ce toit, vous devrez être musulmans. »


« For nearly forty years I have been preaching to the Black man in America that we should accept our own; and instead of the Black man going to the decent side of his own, he goes back seeking traditional Africa, and the way they did in jungle life and the way you see in some uncivilized parts of Africa today. They are not using barber’s shears, and razors to keep themselves looking dignified as a civilized people should look. The Black man in America accepts the jungle life, thinking that they would get the love of Black Africa. Black brother and Black sister, wearing savage dress and hair-styles will not get you the love of Africa. The dignified people of Africa are either Muslim or educated Christians. But Africa today does not want Christianity. Do not think that you will get a home in Africa after this war if you are Christian. To get a home in Africa after the war, you will have to be Muslim. »

Elijah Muhammad, The fall of America 1973

Laisser un commentaire